« Couleurs Zulu » : Quand l’art rend le monde encore plus petit…


10/04/2018 à 10:03:21  |  Pays : Côte d'Ivoire  

​« Couleurs Zulu », c’est aussi et surtout, in fine, l’histoire d’une jeune femme native de San Pedro qui nourrit une passion pour l’art depuis son plus jeune âge. « Couleurs Zulu » : Quand l’art rend le monde encore plus petit… Créations contemporaines, antiquités, design, déco d’intérieur…

Bref, la contemplation artistique dans tous ses états, a une nouvelle double-adresse à Abidjan. L’écosystème des arts visuels abidjanais vient de s’enrichir de deux galeries d’une même enseigne, « Couleurs Zulu », pour le grand bonheur des amateurs d’art et des artistes.

D’ici et d’ailleurs. Situées dans le quartier des Deux-Plateaux-Les Vallons, dans la commune de Cocody à 500 mètres entre la paroisse Sainte-Cécile, pour l’une et le Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida), pour l’autre, les galeries « Couleurs Zulu » fascinent par la densité des tableaux et textiles muraux, vases et meubles design, masques et objets utilitaires, bijoux, parures et textile africain traditionnel, statuettes et bats-jours, lampes et autres accessoires de très belle facture. Le tout visant, telle dans « La caverne d’Ali Baba », aux amateurs d’art, artistes, collectionneurs et critiques de se rencontrer pour la gloire de… l’art ! Sa conceptrice, Léa Botti Kangha, galeriste-antiquaire, entend y faire partager sa passion de l’art, aussi bien contemporain qu’antique, aux Abidjanais, sous le prisme de l’Afrique riche de sa culture.

Et, c’est elle qui exprime le mieux sa vision d’une universalité de la pratique artistique sous toutes ses coutures : « Le monde est trop petit pour ne pas nous rencontrer. L’art s’en charge ». « Couleurs Zulu », c’est aussi et surtout, in fine, l’histoire d’une jeune femme native de San Pedro qui nourrit une passion pour l’art depuis son plus jeune âge. Après des études supérieures en chaudronnerie et soudure, celle qui était pourtant destinée à une brillante carrière dans ce domaine où les pipelines et autres oléoducs et gazoducs ont la cote, plaque tout, ou presque, et se lance à corps perdu dans le domaine des objets d’art et antiquités. « Faire savoir le savoir-faire d’ici et d’ailleurs » La contemplation artistique chevillée au corps ne l’ayant jamais quittée, tant son goût pour la valeur esthétique, lui ayant permis au gré de ses pérégrinations de par le monde, de comprendre que l’art est un trait d’union à l’universalité.

D’Abidjan à Johannesburg, de Paris à Casablanca, de Madrid à Nairobi en passant par Lagos, cette galeriste et antiquaire, et désormais estampillée de l’épithète de décoratrice d’intérieur, a décidé de revenir au pays et faire monter la cote de la pratique artistique dans cette capitale économique mais aussi culturelle ivoirienne qu’est Abidjan. L’incidence recherchée étant de faire voir et savoir « Le savoir-faire d’ici et d’ailleurs ». Actuellement, les férus d’art premier peuvent contempler et se procurer de beaux objets d'art provenant de l'Afrique du Sud, du Kenya, de Mozambique, du Nigeria, du Cameroun et, bien évidemment de Côte d’Ivoire.

REMI COULIBALY fratmat.info


 | Imprimer


Nos régions